La légende de Saint Nicolas

HISTOIRE ET LÉGENDE DE LA SAINT NICOLAS, patron des Lorrains, des écoliers et des épiciers

Nicolas de Myre ou Nicolas de Bari, est plus connu sous le nom de « Saint Nicolas ». Il est né en 270 à Patare, en Lycie (actuelle Turquie) puis décédé 75 ans plus tard à Myre, en 345. Voici son histoire…

C'est la légende la plus connue des petits enfants de l’Est de la France ! Saint Nicolas est célébré le 6 décembre dans tout le quart Nord-Est de la France, en particulier l’Alsace et la Lorraine. D’autres pays d’Europe le célèbrent également, c’est le cas de l’Allemagne, de la Belgique, du Luxembourg, ou encore des Pays-Bas.

Selon la légende, 3 petits enfants partis glaner aux champs se perdirent sur le chemin du retour. Ils aperçurent de la lumière sortir des fenêtres d’une maison. Ils se rapprochèrent et frappèrent à la porte. Un homme leur ouvrit la porte et leur promit l’hospitalité pour la nuit. Il s’agit en fait d’un boucher. Sitôt entrés dans la maison, les 3 petits enfants furent tués par le boucher. Avec son grand couteau, il les découpa en petits morceaux avant de les mettre dans son saloir, pour en faire du petit salé. Quelques temps plus tard, Saint Nicolas passa par là et frappa lui aussi à la porte du boucher. Celui-ci le laissa entrer puis l’invita à dîner. St Nicolas lui demanda du petit salé. Le boucher compris alors qu’il était démasqué, donc pris au piège, il décida de tout avouer. Saint Nicolas plaça 3 doigts au-dessus du saloir de petit salé. Et il ressuscita ainsi les 3 petits enfants. Afin de punir le boucher, St Nicolas l’enchaîna à son âne. Il devint alors le Père Fouettard, également appelé Hanstrapp ou Rupercht, un être mauvais et violent qui punit les enfants désobéissants. Il est habillé tout en noir avec une barbe noire, tout l’opposé de St Nicolas qui lui est vêtu de vêtements colorés et d’une barbe blanche qui lui donnent l’image d’une personne bienveillante.

LE CULTE DE ST NICOLAS

Le culte de Saint Nicolas s’est développé en Lorraine au XIème siècle. L’évêque de Myre était déjà honoré dans plusieurs cathédrales, comme celle de Verdun ou de Metz. Puis la précieuse relique du Saint Patron des Lorrains est arrivée à Varangéville, avant d’être conservée à Saint Nicolas de Port.

L'AUTRE HISTOIRE DU PÈRE FOUETTARD

Une légende lorraine raconte que le Père Fouettard serait né pendant le siège de la ville de Metz par les troupes de l’empereur Charles Quint. Pour donner du courage aux messins, la confrérie des tanneurs a inventé un personnage grotesque, habillé en noir avec une longue barbe et équipé d’un fouet, pour punir les jouvencelles et damoiseaux. Ce personnage personnifiait Charles Quint, sa caricature restera d’ailleurs dans les esprits sous le nom de Père Fouettard.

LA TRADITION DE SAINT NICOLAS EN FRANCE

Saint Nicolas voyage historiquement accompagné de son âne. C'est pour cette raison que les petits enfants lorrains ou alsaciens, mais aussi allemands ou belges, déposent le 5 Décembre au soir de la nourriture pour l'âne (du foin, du grain ou des carottes) ainsi que quelque chose à boire pour le Saint Nicolas. En échange, la tradition souhaite que le Saint Nicolas apporte des friandises aux enfants sages. En Alsace, le Saint Nicolas apporte une orange et un pain d'épices à son effigie pour les enfants sages et une trique du Père Fouettard pour les autres.

De nombreuses villes de l’Est de la France organisent des défilés du Saint Nicolas le premier Samedi ou le premier Dimanche de Décembre. Le Saint Nicolas défile dans un char accompagné du Père Fouettard et distribue des bonbons aux enfants sages.

En Lorraine, l'évêque de Myre est également célébré par une grande procession aux flambeaux dans la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port.

Procession aux flambeaux dans la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port

UNE ATMOSPHÈRE AUX SENTEURS D’ORANGES ET D’ÉPICES !

Jadis, les épices viennent de très loin, du levant, c’est-à-dire d’Orient, comme l’évêque de Myre. Les épices voyageaient pendant des mois, protégées dans des bateaux avant d’arriver chez nous. Elles étaient rares et chères. Parfois, il arrivait que des bateaux d’Orient soient pris dans une tempête et disparaissent en mer. Les épiciers se sont ainsi placés sous la protection de Saint Nicolas.

Il était donc normal que le 6 décembre, jour où l’on célèbre la fête du Saint Nicolas, les épiciers fassent un gâteau avec leurs propres épices : le fameux pain d’épices. Les oranges et les mandarines viennent d’Espagne et d’Afrique, il leur faut beaucoup de temps pour traverser la mer. Il y en avait donc très peu sur les étals et elles sont réservées aux jours de fête.